FR | EN | AR | ES


Le Salon arabe de la philatélie n’a pas eu lieuLa philatélie ne semble pas intéresser les élus locaux comme une activité culturelle à part entière. Et pourtant, sous d’autres cieux, le timbre a toujours été considéré comme un ambassadeur voyageant dans toutes les régions du monde. Collé à une missive, il véhicule l’art, la culture, la civilisation, les us et coutumes, la paix, les réalisations, les hommes célèbres, les héros, les édifices d’une nation, à travers une image, une photo ou une esquisse d’un dessinateur ou d’un peintre artistique. Chaque année, depuis la tenue du dernier Salon arabe de la philatélie en 2015, Abdelhak Ouari se démène jusqu’à l’épuisement pour l’organisation d’une manifestation philatélique à l’occasion d’un grand évènement historique tel que la célébration du premier jour du déclenchement de la glorieuse Guerre de Libération nationale, mais en vain. «J’ai tapé à toutes les portes pour organiser ce Salon qui a eu du succès depuis sa tenue, mais à chaque fois durant trois années je trouve les portes closes, m’arguant le problème de restriction financière. On ne considère pas la philatélie comme une activité culturelle à part entière, elle est le parent pauvre de la culture, je ne sais pourquoi ?», se pose la question Ouari dépité.

LE PHILATÉLISTE SE CONFIE


«Pour un club d’initiation au profit des enfants et des jeunes»

Un mot sur la philatélie à Sétif ?
Je reste toujours actif et mobilisé pour le développement de la philatélie à Sétif. Pour l’instant cela marche bien, mis à part la déception de l’absence du Salon arabe de la philatélie qui devait se tenir à l’occasion du 1er novembre.
L’Association de philatélie El Fouara participe toujours aux différents Salons organisés à travers le pays et même parfois à l’étranger.

Votre collection personnelle est-elle riche en timbres ?
J’ai toute la collection complète en timbres, de 1924 à nos jours. Je suis philatéliste depuis mon très jeune âge par amour pour cet art. C’est aussi par passion que j’ai ouvert la première boutique consacrée à la philatélie et aux objets anciens, sorte de caverne d’Ali Baba, où les collectionneurs trouvent tout ce qu’ils cherchent.

Vous vous intéressez aussi à d’autres collections, lesquelles ?
Effectivement, nous encourageons d’autres collections. On peut citer les anciennes cartes postales, la cartophilie, la numismatique, les pièces de monnaies et les billets de banque, d’Algérie et du monde, les vieux papiers, les anciennes revues philatéliques et autres, les capsules de limonade, les anciens calendriers, les cartes téléphoniques, les figurines de petits personnages, les pin’s et porte-clés, les anciens appareils photos et postes radio, les lampes à pétrole (quinquets), les étiquettes de fromage et je tiens à signaler que je suis le premier à le faire en Afrique du Nord. Une nouveauté aussi en Algérie, la collection des capsules de bouteille de limonade.

Quelles sont les alternatives pour développer encore davantage cette culture auprès des jeunes et des enfants ?
Nous avons toujours de jeunes philatélistes dans notre association. Lors du dernier Salon de Sétif, nous avons mis en place des ateliers pour enfants où il y avait plus d’une cinquantaine très intéressés. Il nous a permis de compter pari nous de futurs philatélistes. Pour le développer encore davantage, depuis quelques années, nous y travaillons grâce à l’organisation de ces cinq salons dédiés à la philatélie à Sétif. Depuis nous avons eu beaucoup de demandes pour adhérer à notre association. Actuellement, nous sommes plus d’une centaine de philatélistes à Sétif.

Un message à transmettre aux autorités locales pour développer cet art ?
L’Association de philatélie El Fouara de Sétif a eu l’honneur, et ce, à plusieurs reprises de représenter notre ville et notre pays dans plusieurs expositions et manifestations culturelles, tant sur le plan national qu’international. Nous lançons un appel aux autorités locales et à l’ensemble des responsables, pour nous aider, notamment pour l’organisation du prochain rendez-vous du Salon arabe afin de garder cet art toujours vivant auprès des nouvelles générations.

C’est un art qui a périclité un moment donné pour revenir sur la scène culturelle. Qu’apporte votre nouvelle boutique à la ville de Sétif ?
La ville de Sétif est très dynamique dans beaucoup d’activités, notamment dans le domaine de la philatélie. L’organisation du Salon arabe durant quelques années l’a fait connaître à travers le monde, notamment les pays arabes. Deux à trois fois par an, nous recevons nos amis philatélistes des villes de Rennes et de Marseille. Régulièrement, nous recevons des collectionneurs de Tunisie pour des échanges, des ventes et des achats. Lorsque des personnes entrent dans ma boutique, elles restent étonnées devant des objets anciens et la richesse des timbres.

Avez-vous proposé des thèmes de timbres pour de nouvelles émissions ?
Oui, effectivement, j’ai eu à proposer à Algérie Poste des thèmes tels que la Zaouïa de Sidi H’sen, dans la wilaya de Sétif, qui n’a pas été programmé pour cette année, il le sera peut-être pour 2019. J’ai fait aussi une autre proposition à Algérie Poste pour une émission consacrée aux différentes
variétés de miel à travers le timbre en Algérie. Elle a été retenue et deux timbres ont été émis sur ce thème le 16 octobre 2018. Je tiens à les en remercier.

Des projets en perspective ?
Oui, J’ai trois projets. Notre association œuvre pour la création d’un grand club pour l’initiation à la philatélie, notamment pour les enfants, les jeunes et pour tous ceux qui s’intéressent à cet art et ainsi faire entrer l’art de la philatélie dans les établissements scolaires. Je sollicite l’aide des responsables concernés de nous faciliter la tâche afin de rencontrer les élèves en dehors des cours pour les initier à la collection des timbres par la création d’ateliers. Le deuxième, avec Algérie Poste, pour nous permettre d’organiser des expositions à la Recette principale à chaque occasion de nouvelles émissions de timbres-postes.
Je vais proposer à la direction de la culture l’organisation du premier Salon des collections insolites comme celles des anciennes pipes, des radios RSF, des capsules, des anciennes poupées, etc.



Date : 22 Novembre 2018
Auteur : Azzeddine Tiouri
Source : Horizons (QNI)
Nombre de consultation : 264

Vos commentaires

Scans attachés à l'article

Le Salon arabe de la philatélie n’a pas eu lieu
Si vous voulez publier un article sur Algérie Philatélie ou bien vous avez trouvé un article intéressant sur la Philatélie Algérienne, nous vous prions de nous l'envoyer à notre email : hamidbenzine@yahoo.fr


Aidez-nous à promouvoir Algérie Philatélie




Inscrivez-vous à la Newsletter d'Algérie Philatélie

Pour soutenir Algérie Philatélie
Un don de 10 euros